L’art des arts, c’est la conduite des âmes.
 
 
 
 
Vous abonnez au site ici

SPÉCIAL ÉDITION DE LA JOURNÉE DE L’ÉTUDIANT : 28 JANVIER 2016

Initiée par le Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lomé, et mise sous la coupole de Saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Église et patron des apprenants, la Journée de l’étudiant va s’améliorant, avec des perspectives plus élargies en matière d’innovation. Ainsi, à son Jubilé de Laine ce jeudi 28 janvier 2016, elle s’est tenue pour la première fois en dehors du cadre du séminaire, à la Paroisse Universitaire Saint Jean Apôtre de Lomé. C’est dans une atmosphère spirituelle, réflexive et festive, meublée de partage de connaissances et d’expériences, que se sont déroulés les grands axes du programme de cette édition.

Les cérémonies d’ouverture

Après la prière d’ouverture par Son Excellence Monseigneur Denis AMUZU-DZAKPAH à 08h57mn, le Recteur du Grand Séminaire, R.P. Godfroy KOUEGAN-ABBEY, dans son mot d’ouverture, a retracé l’importance du changement qui s’est opéré dans la riche histoire de la Journée de l’Etudiant par son ouverture à d’autres instituts, source de découverte de l’autre et de nouveaux échanges intellectuels. Abordant le thème de la conférence, il a insisté, à la lumière du magistère de l’Église, sur le caractère sacré, institutionnel et symbolique du mariage, et a terminé son discours en ces termes : Dieu se sert de l’amour de deux êtres pour leur dire son propre Amour. Nous n’aimons pas un être parce qu’il est unique, mais parce que nous l’aimons, il devient unique. Nous devons nous laisser interpeller par ces questions brûlantes sur le mariage et la famille. Et même, nous nous devons d’y répondre, pour nous-mêmes et pour la postérité.

Après le mot du Recteur du Grand Séminaire, le Doyen des séminaristes, l’Abbé Jean de Dieu BONNAH a pris la parole pour dire la joie qui anime les étudiants en ce jour de rencontre solennelle, et pour présenter les délégations.

Les participants

Cet événement a rassemblé plus de 700 participants. Il s’agit en l’occurrence, de Son Excellence Monseigneur Denis AMUZU-DZAKPAH, Archevêque de Lomé et Vice-président de la Conférence des Évêques du Togo (CET), de Son Excellence Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO, Archevêque émérite de Lomé, du R.P. Pierre Marie Chanel AFFOGNON, Directeur national de l’enseignement catholique et Aumônier des cadres du Togo, du R.P. Jean-Philippe DIOUF, Curé de la Paroisse Universitaire, et les Pères formateurs du Grand Séminaire Saint Jean Paul II de Lomé.

       Nous notons également la présence de certaines personnalités de marque telles, M. Tharcisse URAYENEZA, représentant du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF/BRAO), le couple Simplice et Julie AJAVON, responsable de la pastorale de la famille dans le diocèse d’Aného.

Enfin, la liste des universités, instituts et maisons de formation catholiques participant à l’événement, se présente comme suit : le postulat CAMILLIEN, le centre "AGATHA CARELLI", le postulat des CARMES, le postulat COMBONIEN, l’ESAG-NDE, la communauté FRANCISCAINE, la Communauté Catholique Universitaire Saint Jean, la communauté SALÉSIENNE, le postulat SVD, l’UCAO-UUT, l’ISPSH DON BOSCO, les Missionnaires d’Afrique (SMA), les Missionnaires de Jésus et de Marie (MIJEMA), les Frères Missionnaires de la Miséricorde Divine (FMMD), le Grand Séminaire Saint Jean Paul II.

            Une fois la présentation des délégations faite, l’assemblée s’est levée pour exécuter l’hymne à Saint Thomas d’Aquin, avant la conférence-débât de la journée.

La conférence

Le thème choisi pour la circonstance, « La jeunesse africaine aux prises avec les problématiques actuelles sur le mariage et la famille. Quelle orientation pour un avenir prometteur ? », ne relève nullement d’un pur hasard. En effet, dans l’actualité de notre cadre contextuel, où les notions de famille et d’amour évoluent sur une pente dangereusement glissante, il est d’une nécessité urgente d’aller à la reconsidération du mariage, de sa valeur et  de son authenticité, en vue de l’édification d’une jeunesse et d’une société assoiffées d’une orientation vraie, sage et responsable.

       C’est sur ce noble objectif, visé par la 7eme édition de la Journée Saint Thomas que, dans la salle Agora Senghor de la Paroisse Universitaire, les conférenciers, M. et Mme AJAVON, avec pour modérateur, R.P. Pierre Marie-Chanel AFFOGNON, ont mûri des réflexions sociétales et vitales devant l’auguste assemblée composée d’étudiants, eux qui édifieront la communauté humaine de demain, en répondant effectivement à leur vocation à la vie sacerdotale, religieuse, ou familiale.

Au cours de leur développement, les conférenciers ont dans un premier temps défini la famille et relevé les crises actuelles auxquelles elle est confrontée. L’accent est ensuite mis sur la jeunesse et la sexualité : on ne se marie pas pour soi-même, on se marie pour une vie de sainteté. Pas de vie si dans le mariage chacun cherche son intérêt. Par ailleurs, des pistes pratiques telles l’évangélisation des cultures, la nécessité d’un nouvel humanisme, le retour aux valeurs morales, l’ouverture à l’autre et le discernement, la vie de chasteté et d’amour acceptant de libres sacrifices, l’importance du dialogue, ont été avancées en vue de bâtir un foyer heureux. Car, l’être humain a besoin de l’amour pour vivre comme autant d’air pour respirer. À la fin, le couple conférencier a invité les jeunes étudiants à la prière, à la lecture assidue de la Parole de Dieu, à la régularité aux sacrements, surtout ceux de l’Eucharistie et de la Réconciliation.

Après que ce temps nourri d’échange intellectuel ait fini à 11h20mn, l’assemblée s’est dirigée à la chapelle de la paroisse pour la célébration eucharistique.

Messe pontificale concélébrée

A 11h40mn, la fédération des chorales des divers instituts et du Grand Séminaire a conduit la procession des célébrants par d’admirables cantiques. Le Psalmiste a raison de s’écrier : Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'œuvre de ses mains, le firmament l'annonce (Ps 19,2). C’est cette œuvre divine que Son Excellence Monseigneur Denis AMUZU-DZAKPAH, entouré de 17 prêtres et d’un diacre, a exalté de joie au cours de la Sainte Messe.

            Dans son homélie en effet, l’Archevêque a localisé la source de l’intelligence et de la sagesse dans la prière. Il a décrit Saint Thomas d’Aquin d’illustre savant et de dominicain humble, qui a su découvrir dans la prière, la méditation et la contemplation ce qui est bon, juste, droit et beau. Et comme lui, d’autres docteurs ont aimé la Vérité Eternelle, Jésus-Christ, et ont placé la connaissance et l’amour de Dieu au-dessus de toute science. Il s’agit particulièrement de Saint Jean de la Croix, Saint Alphonse-Marie de Liguori, et Saint Augustin l’Africain. À l’instar de ces maîtres de la foi, les jeunes étudiants sont conviés à une oraison dévote et à l’Eucharistie, afin d’être à même de vivre et de communiquer aux autres l’idéal dominicain et la vie en Dieu, dont le principal fruit est la charité.

L’après-messe : Agape et soirée culturelle

Que ce soit dans la chapelle juste après la messe, lors du repas fraternel ou au moment de la soirée culturelle, les jeunes n’ont pas hésité à manifester la sainte joie qui les anime. La joie d’une journée exclusivement consacrée à leur besoin d’éducation et de formation ; la joie de la découverte de l’autre et de sa vision du monde ; la joie, de se retrouver entre pairs, mais avec des options vocationnelles différentes.

         À la chapelle, un temps de louange est organisé par la chorale, continuant ainsi la joie de l’action de grâce. À l’heure de l’agape, se sont constitués des groupes d’instituts différents disposés sur l’esplanade de la paroisse. Des faits et gestes marquants, tels des prises de vue, de cordiales salutations, de merveilleux sourires chaleureusement affichés, des discussions enjouées sont également notés au cours du repas

            La soirée culturelle est animée par le groupe musical "Chandelier d’Amour", la Schola Cantorum du Grand Séminaire, le Groupe théâtral "Étoile du Berger". C’est surtout le jeu "Génie en herbe" qui a occupé le cœur de la soirée. Ainsi aux éliminatoires, sur un total de six groupes concurrents, à savoir, la Paroisse Universitaire, le Grand Séminaire, la SVD, l’ESAG-NDE, l’ISPSH, la SMA ; deux finalistes, la SVD et la Paroisse Universitaire ont été retenus. Après une trentaine de minutes de confrontation intellectuelle, la SVD a remporté la victoire.

À 17h 30mn, des trophées et prix ont été remis aux équipes vainqueurs des tournois de football et de basketball organisés le 23 janvier. L’équipe de la Paroisse Universitaire a remporté le trophée en football face à l’ESAG-NDE, et en basketball, ce sont les étudiants joueurs de l’ESAG-NDE qui ont su arracher le trophée à l’UCAO-UUT grâce à leur expérience et à leur bravoure. Aux finalistes malheureux, des prix de consolation ont été décernés.

            C’est sur ces moments d’allégresse que l’édition de cette année a pris fin à 18h 10mn par la prière suivie de la bénédiction et du renvoi des délégations par le Recteur du Grand Séminaire.

         Journée mémorable

        28 janvier 2016 ! Une journée gravée à jamais au cœur de la mémoire des participants et de l’histoire grâce aux activités, spécialement axées sur l’édification spirituelle, intellectuelle et sociale de l’être humain, qui interpellent les jeunes étudiants, - suivant le dire final du R.P. Godfroy KOUEGAN-ABBEY - , à être des hommes de demain qui essayent de conjuguer la science et la sagesse pour un avenir prometteur.

 

                                                           François N’KONOU

                                                         1ère Année de Théologie

 

 

 
 
 
 
 
 
© Tous droits reservés au Grand Séminaire Jean Paul II
Accueil | Webmail | Administration