Au Togo, le PND s’adapte au coronavirus, et se réoriente

Face aux changements d’environnement économique, nationaux comme internationaux, imposés par la crise liée à la pandémie mondiale de Covid-19 (apparu en décembre dernier en Chine, principalement à Wuhan), il s’annonce à la République togolaise des ajustements vis-à-vis du PND, censé arriver en terme en 2023.
Le modèle de ce plan quinquennal (Plan National de Développement) devrait ainsi être repensé, tel que l’annonce Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement. Selon cette dernière, le Togo doit particulièrement repenser son modèle économique pour le rendre beaucoup moins dépendant de l’extérieur et alors plus résilient (résistant ou solide) face aux chocs externes. En effet, le ‘Plan National de Développement’ révisé et réactualisé, devrait se concentrer notamment sur des chaînes de valeurs agricoles et le développement agro-industriel.
Concrètement, la nouvelle politique s’articulera autour de la création de trois agropoles intégrés, principalement dans les secteurs industriels et agricoles pour créer plus d’emplois et développer les chaînes de valeur. Il est important de rappeler que le PND, qui est articulé en 3 axes, ambitionne d’atteindre, à l’horizon 2023, un taux de croissance de 12 %, avec dans la foulée, la création de plus de 750 000 emplois.

     Le PNUD va aider le Togo pour son PND

Le PND a été officiellement lancé en mars 2019 par le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, au cours d’une cérémonie à laquelle ont pris part plusieurs personnalités du monde de l’écosystème international et financier, particulièrement Patrick Sevaistre (économiste français), Mathey Samuel (économiste togolais promoteur du concept ‘entreprendre à 0 franc), Ayeyemi Ade (PDG de la société ETI) et Zinsou Lionel (ancien premier ministre du Bénin).
Dans son discours de lancement, le chef de l’Etat tire sa source d’inspiration de la devise du Togo où l’emploi occupe la première place et encourage ses compatriotes à cultiver cette valeur. A noter que le Plan National de Développement vise une croissance de 12 % chaque année avec un pic de 13. 5 % en 2023 et aussi à créer plus de 800 000 emplois à l’échéance 2023. Le pays de Faure Gnassingbé devrait ainsi mobiliser 5 985 milliards de Francs CFA pour sa mise en œuvre, dont une partie du secteur privé projetée à 72 %.
Le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) veut alors aider le Togo à mettre en œuvre, son PND. L’accent sera mis tout spécialement sur les projets porteurs via cette collaboration qui va aider à mobiliser des ressources financières, humaines et techniques. Et cela, pour l’attraction d’investissement de qualité dans les secteurs porteurs du PND.