L’Afrique à l’épreuve de la 5G

Le chemin est un peu long avant le déploiement de la 5G (cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile) sur le continent africain, mais, depuis sept mois, divers acteurs ont déjà pris les devants. En Afrique, l’arrivée de la 5G est annoncée à partir de décembre 2020. Des mécanismes pilotes ont été déjà mis en place, depuis quelques années, dans plusieurs pays (à savoir le Togo, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Sénégal, etc.). “Il s’agit d’une innovation très, très attendue, dont le continent pourrait bénéficier”, a ajouté Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat togolais.
En janvier 2020, MTN Group (multinationale sud-africaine exerçant dans les domaines des télécommunications) a testé les réseaux 5G à Calabar (au sud-est du Nigeria) et Abuja (capitale de Nigeria), une première en Afrique de l’Ouest. Des tests sont aussi conduits en Afrique du Sud, au Lesotho, au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Gabon, par des acteurs aussi divers que ZTE (Zhongxing Telecommunication Equipment Company Limited ; un équipementier en télécoms coté la Bourse de Shenzhen et à la Bourse de Hong Kong), Ericsson (société suédoise de télécommunications) et Huawei (société fournissant des solutions dans le secteur de la communication et des technologies de l’information).
D’après Victoire Dogbé, la vitesse extrême de téléchargement des données de cette nouvelle technologie révolutionnera les usages dans les transports, la finance, la santé, les médias, l’industrie…
Pour GSM Association (association internationale qui représente les intérêts de plus de 800 constructeurs et opérateurs de téléphonie mobile de près de 350 pays du monde), il y aura des services 5G commerciaux sur environ huit marchés, d’ici à 2024, dont l’Afrique du Sud (Madagascar, Malawi, Lesotho, Botswana, Angola, Comores, etc.), le Nigeria, et le Kenya, avec 36 millions de connexions. Alors que, d’après ZTE, les revenus annuels liés aux réseaux 5G sont anticipés à 15 milliards de dollars à partir de 2025.

        L’Afrique et les promesses de la 5G

En effet, la cinquième génération de réseaux de télécoms apporterait éventuellement un vent de croissance aux services et aux commerces basés principalement sur des modèles reposant sur l’internet très haut débit. La 5G promet un débit beaucoup plus rapide (200 fois plus rapide que la 4G et 100 fois plus rapide que la 4G+), et moins de retard lors de la connexion au réseau. Afin de pouvoir l’utiliser, les fabricants de téléphones et les sociétés de téléphonie mobile doivent se mettre à jour. Il est important de souligner que la pandémie mondiale de coronavirus (apparu en décembre dernier en Chine) ralentit encore plus le processus.