Panorama de l’agriculture au Togo : aujourd’hui et demain…

Au Togo, le secteur de l’agriculture représente 29 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et occupe environ 72 % de sa population active, pour une superficie évaluée à 4. 9 millions d’hectares. L’agriculture prend ainsi une bonne place dans le PND 2018-2022 de la République togolaise (Plan National de Développement). Quoique levier principal de l’économie du pays, le secteur de l’agriculture est marqué par un très faible niveau technique et un faible niveau de crédit (3 % seulement des crédits bancaires en 2019).
L’agriculture est exposée à des variations considérables d’une année à l’autre.
Il est important de souligner que les rendements agricoles (quantité de produits récoltée sur une surface cultivée donnée) sont assez inégaux d’une ville à l’autre. Pour ce qui est du sol, le pays de Faure Gnassingbé possède des terres assez riches (la majorité de celles-ci sert à la culture du blé et du coton). Les terres de la région maritime (situé au sud du pays ; la région la plus peuplée du Togo) sont réputées pour leur fertilité, leur richesse, tandis qu’au contraire, la géomorphologie caillouteuse de la région Centrale la rend beaucoup plus difficile à exploiter. A noter que la révolution verte (une politique de transformation des agricultures des pays les moins avancés ou des pays en développement, fondée essentiellement sur l’utilisation et l’intensification de variétés de céréales à hauts potentiels de rendements) de la République togolaise a été lancée en 1980.

     L’agriculture a créé plus de 300 000 emplois en 2019

Selon Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement, plus de 3. 2 milliards de Francs CFA seront investis dans les cinq prochaines années pour accompagner le développement du secteur agricole. Un peu plus de la moitié proviendront d’investissements privés.
Le PNIASAN (Programme de sécurité nutritionnelle et alimentaire, et d’investissement agricole) prévoit ainsi d’injecter 82 milliards de Francs CFA par an.
Les investissements publics se concentreront donc sur le soutien à la formation agricole, le soutien à la gestion et à la planification des unités spatiales de développement agricole, la réalisation d’infrastructures de production, au recours aux nouvelles technologies.
Afin de mobiliser les fonds privés, le gouvernement togolais entend multiplier les agropoles à travers le pays et développer l’agro-industrie.
Le programme d’investissement agricole devrait donc permettre la création de plus de 20 000 emplois décents. Selon les prévisions du gouvernement togolais, l’indice de pauvreté rurale pourrait ainsi passer de 63 % à 36 %. Au global, plus de 5 millions de Togolais sont concernés par cet ambitieux programme.
Le but principal de cette nouvelle politique est de parvenir, d’ici cinq ans, à un doublement du revenu des agriculteurs et un taux de croissance agricole moyen de 12 %. Ce nouveau programme vise principalement à développer une agriculture moderne, garantissant la sécurité alimentaire.