Togo : les investissements privés atteignent 11.4 % du PIB dans l’Uemoa

D’après les dernières informations révélées par les journaux togolais en ligne, suite à l’étude effectuée par la Banque mondiale, le Togo a pu présenter un niveau d’investissement qui est en croissance durant cette dernière période. En outre, le pays dirigé par Faure Gnassingbé a pu enregistrer un taux assez élevé par rapport aux pays faisant partie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

    Rapport sur la situation économique du pays post Covid-19

Selon l’étude réalisée par l’institution de Bretton Woods portant sur la situation économique du pays surtout durant la période suivant la propagation de la pandémie du Covid-19, le niveau des investissements privés a atteint 11.4 % du PIB au Togo. Tandis que l’ensemble des pays faisant partie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, ont enregistré une moyenne de seulement 8.9 %. En outre, durant la même période, l’étude a révélé que le taux de croissance de l’investissement privé est de 7.6 % au Togo, alors qu’il est de 6.6 % pour la moyenne des pays de l’Union.
Il est important de mentionner que ces chiffres reflètent les décisions et les multiples réformes qui ont été mises en place par le chef d’État Togolais, Faure Gnassingbé, afin d’atténuer l’effet des différentes mesures sanitaires sur l’économie et le développement économique au Togo.
Néanmoins, durant la période allant de 2010 à 2018, la part du secteur privé au niveau de l’économie nationale n’a augmenté que de seulement 11 %.
Il est à noter que l’étude réalisée par l’institution de Bretton Woods, assure qu’il faut miser sur le développement du secteur privé afin que le pays dirigé par le fils d’Eyadema Gnassingbé puisse retrouver une meilleure croissance économique.

   Lever de 25 milliards de FCFA

D’après les dernières données révélées par Togo News, le pays se lance à nouveau sur le marché financier régional ambitionnant de lever plus de 25 milliards de FCFA, et ce, le 25 septembre prochain. À l’instar des récentes opérations qui ont eu lieu ultérieurement, le pays va recourir à des OAT ou des obligations assimilables du Trésor. Néanmoins, cette fois, les titres émis seraient assortis d’un taux d’intérêt de 6.4 % et auraient une maturité de 5 ans.
Il est important de rappeler que l’émission réalisée le 11 septembre dernier a était effectué au taux d’intérêt de 6.15 % annuel, en enregistrant un taux de couverture de 278 %. Le pays a crevé ainsi le plafond en présentant 69.5 milliards de FCFA au niveau des souscriptions.