UEMOA : Togo, 2e pays le plus attractif des investissements en 2020

Malgré la crise sanitaire liée à la pandémie mondiale du nouveau coronavirus qui a plombé les efforts de plusieurs pays d’Afrique en matière d’attractivité des investissements, la République togolaise se classe au deuxième rang des destinations de l’Union économique et monétaire ouest-africaine où les grands chefs de sociétés voudront, à l’heure actuelle, investir. C’est en tout cas ce qui ressort du dernier rapport du groupe de la Banque Mondiale (GBM), rendu public ce mercredi 23 septembre 2020. Ce classement vise principalement à donner un petit aperçu de la volonté d’investissement des patrons du secteur privé africain. Il est important de noter que celui-ci n’est pas destiné à analyser les conditions d’investissement dans les régions en question.
Après le Burkina Faso, trônant à la tête, et le Bénin, pointant à la 3e place du Top 20 africain, c’est le pays de Faure Gnassingbé qui se positionne avec 5 % des intentions d’investissements des dirigeants de sociétés africains.
“Quoique l’attractivité des investissements soit affectée négativement par le nouveau coronavirus, pandémie du siècle, la République togolaise reste un pays qui attire les opérateurs économiques du secteur privé africain”, a ajouté Victoire Dogbé, directrice de cabinet du président Faure Gnassingbé.

Pourquoi s’implanter au Togo ?

Un marché attractif
– Une amélioration permanente de l’environnement des affaires ;
– Un nouveau code des investissements offrant plusieurs avantages aux investisseurs -(internationaux comme locaux) ;
– Positionnement stratégique par rapport à son port en eau profonde, l’unique dans la sous-région ;
– Bassin d’emplois important et qualitatif ;
– Une croissance en plein essor.

Plus de 12 540 sociétés ont été créées en 2016, contre 7 980, six ans plus tôt. Et si les entreprises panafricaines viennent de plus en plus nombreuses à s’installer à la République togolaise, c’est également parce que le pays a investi, depuis 10 ans, des vingtaines de millions d’euros afin d’offrir les infrastructures administratives et physiques essentielles à sa croissance. C’est particulièrement le cas avec le port de Lomé, devenu aujourd’hui incontournable, au cœur d’un marché de 450 millions d’individus.
Depuis les années 1980, la capitale togolaise, Lomé, abrite le siège de la BOAD (Banque ouest africaine de développement), commune aux sept pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, ainsi que celui de la BID (Banque d’Investissement et de Développement) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.